Archidystopies – Écrire une saison de Black mirror en 48h


Contexte

Sur le modèle de séries contemporaines récentes qui mettent en scène des dystopies technologiques (Black Mirror), nous écrirons collectivement la première saison d’une série imaginant des dystopies architecturales. Ces scénarios anticiperont une esthétique disruptive de la catastrophe, du cauchemar, de la réversibilité utopique et situations de conflit, de désordre, de chaos. Leur contexte sera celui des crises écologiques, climatiques, démocratiques, migratoires contemporaines et la multiplication des scénarios collapsologiques. Ils s’écriront sur fond d’accélération et de multiplication des lieux de connexion – villes-refuges, intelligence artificielle étendue, environnements sécuritaires et architectures des nouvelles enclaves, ruines industrielles, faillites –  qui dédoublent virtuellement la ville et en fragmentent les temporalités.

Objectifs

L’un des enjeux de cet atelier sera la mise en place d’une réflexion critique sur la notion de temps dans le processus de conception du projet d’architecture et de la ville et de tester la dimension expérimentale du récit.

La méthode d’exploration sera celle d’une expérience de pensée, un travail répété sur le « et si » et sur la fabulation.

Cette dernière nous permettant de superposer ce qui a lieu (le présent, le contexte, les lieux communs, les grands récits contemporains) et ce qui pourrait avoir lieu. Le « il était une fois », du « qu’est-ce qui est arrivé », ou du « que va-t-il se passer ».

Livrables

Mediums utilisés pour la restitution : synopsis, écriture scénaristique, maquettes et dessins préparatoires, simulation 3D.

Mots-clés

Scénario / Récit / Catastrophe / Chaos / Disruption / Intelligence artificielle 

Responsable pédagogique

Kantuta Quiros (ensa Nantes)